“Les lendemains” c’est l’histoire d’Amande, jeune femme à qui la vie réservait tout : le plus bel avenir , les plus belles promesses… Pourtant à l’aube de cet avenir radieux, le monde d’Amande va subitement, soudainement s’écrouler…

L’onde de choc dévastatrice , violente et incompréhensible va pousser Amande à se retrancher, “à fuir la lumière”, au sens propre comme au figuré . Fuir cette lumière qui lui aura tout volé ; le jour de la fête de l’été.

Par instinct de survie, elle va trouver refuge, se reclure dans une maison, au cœur de la nature, et assouvir ainsi son besoin de solitude et d’isolement. Lorsqu’un jour elle découvre les agendas de l’ancienne propriétaire des lieux , – qui consignait scrupuleusement tous ses travaux de jardinage, au rythme des saisons – , sa vie va peu à peu prendre un chemin inattendu …  Amande va alors se raccrocher à ces calendriers qui lui dictent ainsi comment “remplir” son quotidien. Ces “tâches” vont alors progressivement se transformer en plaisir, et elle va découvrir -et se découvrir- une véritable passion, et admiration pour la Nature et pour ses cycles : vie – mort – renaissance. La vie naîtra de nouveau, c’est une certitude, à l’image de la graine qui germe sur le compost. Petit à petit, ce chemin initiatique va lui ouvrir le chemin de la résilience.

J’ai beaucoup aimé ce livre, car évidemment il a fait écho à mon propre ressenti, et à ce plaisir immense que je ressens lorsque je travaille dans mes champs… J’ai aimé suivre ce retour à la vie, qui s’inscrit sur le fil des saisons, et la transformation qui s’opère peu à peu en Amande, jeune femme introvertie et citadine, qui va retrouver le goût de vivre et le célébrer en instituant des rituels pour honorer le vent, la lune, la naissance des fleurs ou encore des oiseaux … Tout doucement,  elle va ainsi dépasser ses limitations et transformer le tsunami de souffrances qui l’a submergé, en une source intarissable d’inspiration pour créer du “beau”…

Je n’en dis pas plus, je vous laisserai le soin de le découvrir par vous même … 😉

“Morceaux choisis”

“Elles sont là, les larges feuilles vertes nervurées. Cinq choux se débattent pour voir le jour, sortir de terre, étendre leurs feuilles vers le ciel. J’en suis bouleversée. C’est moi qui l’ai accompli. Semer des graines, faire renaître la vie sur une terre stérile et depuis longtemps abandonné. J’ai réussi. Cinq choux sont nés (…) Décidément c’est beaucoup de vie pour une seule nuit (…) Mes papilles s’éveillent. J’ai oublié mon angoisse pour un temps, émerveillée que je suis par la naissance de mes légumes et la perspective de ce dîner.”

“J’entre dans la cuisine, mon manteau encore sur moi. J’embrasse mon petit décor du regard : ma vieille table en bois, mes quatre chaises, mon évier dans lequel se trouve ma tasse sale du matin, et l’égouttoir accueillant deux gros choux verts, la feuille sur le mur, Célébrer. Le vent souffle au dehors, menaçant. Je suis heureuse d’être rentrée. Je ne me suis absentée qu’une journée, la première depuis que j’ai emménagé, et ma maison m’a manqué. Je m’endors d’une jolie humeur ce soir là (…) Un bonheur rafistolé mais un bonheur quand même.”

“La tête sur l’oreiller, je songe à Richard dans le salon, à son abattement plus que normal. Je l’ai connu, moi aussi, quelques mois plus tôt, quand j’errais, bourrée de somnifères, d’une pièce à l’autre, tous volets fermés. Mais j’ai confiance en ma maison, son calme, son charme, les couleurs dans les arbres, le tintement doux du carillon à vent dans le saule, l’odeur des pissenlits qui envahissent l’herbe. Il finira par se sentir plus léger. Comme moi.”